La « Métamorphose », un état d’esprit

Tout ce que tu cherches à l’extérieur, découvre-le à l’intérieur ! Contemple tes doutes, tes fantômes.
Regarde-les paisiblement et jamais tu ne t’ennuieras. 
« Vivre sans pourquoi » Alexandre Jollien

La Métamorphose, un état d’esprit

Véronique Larderet
D’après un article de Robert St John « Le centre de la Métamorphose »

Nous avons à l’intérieur de nous un centre, un noyau qui contient en potentiel une intelligence parfaite capable de fonctionner. C’est la conscience individuelle, celle qui nous différencie de notre mère au moment de la conception [il y a la mère et le fœtus en gestation, deux entités reliées par le cordon ombilical]. Depuis la nuit des temps, les religions ont attribué cette conscience fondamentale au principe de Dieu ; un dieu extérieur à nous-même. Ce concept a été largement diffusé et entretenu par les diverses religions, à tort ou à raison, souvent influencées par le contexte social et politique. La suite

Aujourd’hui les mentalités évoluent et notre regard sur la vie change de manière très subtile. Dieu ou le principe divin n’est plus extérieur, il est au centre même de notre structure, il est notre structure, notre noyau et c’est à partir de lui que nous fonctionnons. C’est ce qui fait la qualité de notre vie. Si nous voulons être complètement fonctionnels, nous devons l’utiliser à même titre que nous utilisons notre corps, nos membres, notre cœur et façonnons notre vie. L’ignorer ou ne pas partir de ce centre pour agir, amène des problèmes considérables dans notre vie car ce principe ne peut être nié ou occulté si l’on veut vivre en cohérence avec nous-même. Il est inhérent à notre structure.

Nous avons à l’intérieur de nous un centre, un noyau qui contient en potentiel une intelligence parfaite capable de fonctionner.Le principe de la « Métamorphose » est la capacité à s’accorder avec ce centre à chaque instant de notre vie, d’une façon ordinaire et non exceptionnelle. Ce qui nous empêche d’être constamment « connectés » à ce principe de vie, ce sont les blocages dont nous sommes pétris et qui font diversion. Ils agissent comme des centres alternatifs de la conscience. Qu’ils soient génétiques, karmiques, ou diverses fixations, ils dévient notre attention et nous distraient du moment présent. Nous sommes alors dans le passé ou dans une projection du futur, mais notre conscience est absente de l’instant présent. Lorsque nous nous relions à notre propre centre, le blocage cesse d’exister car il n’est que le produit de la pensée. Nous devenons alors notre propre centre de conscience intérieure et c’est à partir de lui que nous agissons.

Il est parfois utile d’analyser et de comprendre nos schémas de fonctionnement. Avec la « Métamorphose », ce n’est pas nécessaire. Elle nous reconnecte à notre centre de conscience et ainsi nous ramène à la vie. Etre en connexion constante avec notre centre, c’est être en vie et c’est cela qui est normal. Nous avons été conditionnés, endoctrinés au cours des siècles par des structures de pensées, que ce soit d’ordre religieux, philosophique ou relevant de l’éducation. Nous n’avons pas appris à penser par nous-même, à partir de notre propre intelligence intérieure.
Pour retrouver notre liberté de penser et d’être, nous avons besoin d’un rituel pour nous y aider. La pratique physique de la Métamorphose en est un pour l’esprit qui l’aide à se libérer des structures du passé et à vivre dans l’instant présent. La « Métamorphose » est un état d’esprit.