La mémoire de la peau

« Tout dans la création est information et énergie, attention et intention (…)
notre corps lui-même n’est qu’information
 » (Dr Chopra).

La mémoire de la peau

par  Anne Marie Vermeulen
extrait du livre « d’une mère à l’autre… mémoire d’eau – Aquamater »

« La peau est l’organe le plus important de notre corps, le plus visible, sans doute le plus mystérieux. La peau, est l’organe du toucher, le prolongement de l’oreille comme le dit le Pr. Tomatis. Organe de communication, la peau nous informe des caractéristiques du milieu où nous évoluons, à travers des sensations thermiques, le ressenti de compression, de force d’étreinte et de serrement, dans la douleur ou le plaisir.

La peau est l’organe le plus important de notre corpsPaul Valéry a écrit à son sujet : « Rien n’est plus profond que la peau ». La peau créée la première, à l’origine du premier sens, est, en effet, la première mémoire qui a enregistré toutes les informations, depuis le commencement. La peau se nourrit d’air, de lumière, de chaleur, d’eau, et de produits divers qui peuvent lui être appliqués. Miroir de nos émotions, la peau est détendue ou stressée, lisse ou tourmentée, épanouie ou rétractée, douce ou revêche. La peau, ce livre ouvert aux autres, objet de toutes les attentions.

Sur un plan physique, toucher, masser, c’est pénétrer dans l’intimité de l’autre, c’est agir sur l’intérieur, sur les blocages musculaires et nerveux, sur les organes et la circulation des liquides internes, sur les points d’acupuncture et les méridiens, sur l’ énergie. La peau, récepteur/émetteur de chaleur, d’énergies, d’émotions, reçoit la plus vitale des nourritures : l’amour. Elle est le lieu où les émotions se touchent du doigt car elles s’y inscrivent très précisément.

Les cellules vibrent et communiquent leurs messages.

Si une émotion, un choc physique ou psychique, un environnement pollué, une hygiène de vie inappropriée  (toxique pour l’organisme et le mental) viennent perturber cette savante harmonie et empêcher une saine communication, un état de malaise s’installe. Si cet état perdure et si les situations stressantes se cumulent, la maladie peut s’installer, passagère puis chronique, et enfin dégénérative. La cellule ne vibre plus en harmonie, les messages ne sont plus sains. Les ressentis en face de ces situations stressantes, selon les principes de la médecine chinoise, touchent certains organes et fonctions correspondant au caractère du stress. Par le toucher, la vibration cellulaire est à nouveau rétablie, et ce rétablissement va atteindre progressivement les autres cellules et tout le corps. En quelque sorte, les émotions, les toxines, et les énergies bloquées, peuvent de nouveau circuler et être évacuées. Différentes techniques de massage existent, mais toutes visent à rétablir le bon fonctionnement des cellules, des organes et des systèmes entre eux, en permettant une meilleure circulation des énergies, des fluides et des informations. »

« […] Le toucher et le massage sont indispensables à l’image de son propre corps. Ils aident à prendre conscience de ses formes, de sa consistance, de son volume, de son existence. Ils aident sans doute à s’incarner un peu plus. »